É-théorie du Chaos

L’été du chaos.

Il y a trois ans, je me baladais dans les rayons d’une librairie à la recherche de cadeaux de Noel et je ne trouvais rien. Je déambulais entre les étagères et, me retournant brusquement, je fis tomber d’une pile un petit livre jaune qui atterrit directement sur mes pieds.
Il s’intitulait « les Hasards nécessaires ».
Le titre avec le terme « hasard », son point de chute (mes pieds) et le fait qu’il soit également posé par hasard en haut d’une pile de livre de cuisine m’a fait sourire. De fait, j’ai décidé de l’acheter sans même lire la quatrième de couverture. Je l’ai rangé dans ma bibliothèque puis s’en est suivi plusieurs mois où je l’ai complètement oublié.
Un soir d’insomnie atroce et quelques tentatives de relecture de Cioran… j’ai fini par m’emparer de ce petit rayon de soleil dans la bibliothèque et j’ai commencé à le lire. Ce bouquin traitait de la théorie du Chaos et du concept de synchronicité établi par Carl Gustav Jung.
Pour ceux qui ont tendance à rationaliser tout ce qui leur arrive, ce bouquin peut bien changer leur perception ! En effet, les cascades de coïncidences significatives qui changent profondément une vie peuvent intervenir lorsque tout est chaos. C’est à ce moment que se différencient le hasard de la synchronicité.

Si j’ai pensé à ce livre c’est pour une raison :
J’aime par périodes, injecter du chaos dans mon quotidien.
Lorsque trop de piliers sont stables dans ma vie, je deviens moi-même à l’opposé : instable, volatile et éthérée. Alors je donne un gros coup de talon dans l’un des piliers et je regarde la chute avec délectation – comme on admirerait la destruction d’un grand bâtiment.
Puis du chaos surgit une nouvelle organisation : imprévisible et magnifique.
C’est à ce moment même que la trajectoire d’une vie devient intéressante.
Il faut savoir prendre des risques, sauter, ne pas avoir peur de tout perdre…
De là, fleurit une ère nouvelle et j’aime particulièrement son parfum…


F1000035

F1000034

Petit déjeuner à l’Opéra Garnier – 75009 Paris
L’attente « smarphone » puis les retrouvailles…

F1000033

F1000032

F1000031

F1000030

F1000022

Valentin que j’ai rencontré par l’intermédiaire de mon ami artiste Vianney et qui avec qui je partage une grande sensibilité artistique (à l’exception des romans de René Crevel).

F1000029

F1000028

F1000027

F1000025

F1000024

F1000023

F1000020

F1000019

F1000017

F1000015

Paris vidé de tout être humain

F1000014

F1000013

F1000011

Vianney et Valentin croisés au hasard d’une rue…

F1000008

F1000005_B

F1000004

Maria

F1000003

F1000002

F1000001

F1000006

Alexia, ma première assistante community manager à l’agence Premium Models et qui part le 4 Septembre – comme la station de métro où se situe l’agence… Elle va beaucoup me manquer !

Le goût du miel de Bruyère Blanche

La mer de ma vie a été pendant cinq ans à sa marée basse ;
De longues heures ont laissé rouler le sable par flux et reflux ;
Depuis que je fus enlacé dans les rets de ta beauté,
Que je fus séduit par le dégantement de ta main.
Et maintenant je ne fixe plus le ciel à minuit,
Sans que m’apparaisse la lueur de tes yeux restée vivace en moi ;
Jamais je n’admire la couleur d’une rose,
Sans que mon âme prenne son élan vers ta joue ;
Il m’est impossible de regarder une fleur en bouton,
Sans que mon oreille passionnée, en pensée à tes lèvres,
Et guettant un amoureux soupir, se rassasie
De sa douceur en sens inverse: – Tu éclipses
Avec ton souvenir toutes les autres délices,
Et mélanges de chagrin mes plaisirs les plus chers.

John KeatsPoèmes et Poésies

F1000002

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

Concert de CocoRosie, l’un de mes groupes fétiches (avec The Knife), au Cabaret Sauvage – Paris

F1000009

F1000010

Exposition « Body Memory » – Topographie de l’art

F1000011

F1000012

F1000013

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

Exposition « Palais de la Mémoire« – Korakrit Arunanondchai – Palais de Tokyo – Paris
J’ai été très impressionnée par le travail artistique de Korakrit Arunanondchai. Ce qui m’a marqué c’est que cet artiste a seulement 1 an de plus que moi et son travail est titanesque et fascinant. Son « Palais de la Mémoire » est vraiment curieux et très inspirant. Je recommande cette exposition à quiconque passe vers le Palais de Tokyo à Paris.

F1000026

F1000027

Exposition ACQUAALTA par Celeste Boursier-Mougenot – Palais de Tokyo

Il est possible de vivre un voyage hallucinatoire en montant à bord d’une barque dans des eaux noires du Palais de Tokyo. On y croise sa propre silhouette quelque-part entre la pénombre et la lumière. Et lorsque la barque accoste sur une île molle, le rêve et la réalité se confondent délicieusement.

F1000028

Qu’espérer de plus qu’un petit déjeuner livré un dimanche matin par une blonde sulfureuse ?
Peut-être que celle-ci vous fasse lire du John Keats…

F1000029

F1000030

F1000031

F1000032

F1000034

F1000035

F1000033

F1000036

 

Les furieux de la vie

 « […] parce que les seuls qui m’intéressent sont les fous furieux, les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais, qui sont incapables de dire des banalités, mais qui flambent, qui flambent, jalonnant la nuit comme des cierges d’église. »
Jack Kerouac  – Sur la Route

F1000034

F1000036

F1000035

Volcom Bastille days à l’esplanade du Port de l’Arsenal – Paris

F1000033

F1000032

F1000031

F1000030

Exposition  » Le Corbusier » – Centre Georges Pompidou  – Paris

F1000028_B

F1000026_B

F1000023

F1000022

F1000021

F1000020

F1000019_B

F1000018

F1000016

F1000015

F1000013

Japan expo

F1000012

F1000011

F1000010

F1000009

F1000008

F1000007

F1000006

F1000005

F1000004

F1000003

F1000001

Thelma & Louise

Comme le Ground Control a fleuri au milieu des H&M parisiens, nous nous y sommes aventurés pour l’ouverture du Paris International Festival Of Psychedelic Music.

F1000003

F1000001

F1000004

F1000005

F1000006

F1000008

F1000010

F1000011

F1000012

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000019

F1000020

F1000022

F1000023

F1000024

F1000027

F1000028

F1000029

F1000032

F1000033

F1000034

F1000035

Juin – Les jumeaux astraux

C’est 5 Juin 2015, il reste 209 jours avant la fin de l’année, et c’est aussi la date à laquelle sont nés mes trois jumeaux astraux préférés : Octave, Max et Noémie.
C’est aussi séparation officielle de la Serbie-et-Monténégro en deux pays distincts en 2006 et l’inauguration du musée Grévin à Paris en 1882… Mais on pourra en parler autour d’un café la prochaine fois…

F1010007

F1010008

F1010009

F1010010

F1010012

F1010013

F1010014

F1010015

F1010016_B

F1010017_B

F1010018

F1010019

F1010020

F1010021

F1010022

F1010023

F1010024

F1010025

F1010026

F1010027

F1010028

 

Mai, Décide la destinée

« Le mois de mai, de l’année,  Décide la destinée. »

Un terme régit ma vie c’est la résilience, mon fil d’aplomb.
C’est un mot magnifique, une formule magique ! J’aime particulièrement son étymologie qui vient du latin resilio – ire, et qui littéralement signifie « sauter en arrière ». Tous les jours de ma vie, ces plus de 10000 jours sur terre, j’ai sauté en arrière. A chaque échec, à chaque mauvaise rencontre, à chaque impasse : J’ai sauté en arrière. C’est un vrai cadeau, un don de la vie, ou plutôt : un don de ma mère. C’est en observant ma mère, pendant mon enfance, sa capacité de rebondir qui a fait de moi qui je suis maintenant. J’admire son courage incroyable et pour toujours.

La résilience, c’est donc cette capacité de rebondir indescriptible, une force positive d’une violence rare. De fait, je n’ai pas peur de l’avenir, je n’ai pas peur de tomber, je n’ai pas peur de faillir.

Parce que je sais que je possède malgré moi, cette force que je ne maitrise pas et qui survient au moment le plus dur et ce, comme par enchantement. Peut-être qu’en me lisant, certains se diront : « oh mais quelle prétention » ! Non, non, non. Je décris cette résilience car j’admets cette force. En la connaissant je peux prendre des risques. Et comme disait Robert Fitzgerald Kennedy : « Seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussiront brillamment. »
Je suis donc prête à continuer d’échouer brillamment et d’apprendre de mes erreurs. Je sais que la majorité de ceux qui me croisent me trouvent effrontée, insolente, maladroite et parfois impudique. Mais ce sont ces défauts et cette naïveté assumée avec lesquelles j’accepte d’avancer et ne pas reproduire les mêmes erreurs. En mai, j’accepte ma destinée.

F1000034

F1000035

F1000036

F1000001

F1000002

F1000003

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

F1000013

F1000030

L’exposition Jean-Paul Gaultier au Grand Palais vaut vraiment le détour, je recommande à tous ceux qui ont la patience de faire la queue…

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000027

F1000028 `

F1000029

F1000031

Exposition de Jean André – Red Bull Space – 75002 Paris

F1000032

F1000033

Jean devant son oeuvre

Lost in November

Déjà fin Janvier 2015 et Novembre 2014 semble être enfoui dans une dimension parallèle…
Souvent, lorsque je me balade au hasard des traboules sombres de ma cervelle, j’essaie toujours de me situer à un moment précis de ma vie et essayer d’analyser ce que j’aurais pu penser à ce moment là – si on m’avait présenté un Polaroid de ma situation actuelle. Un vrai mindfuck cette dernière phrase (néanmoins les connaisseurs apprécieront).

Novembre,
Oui, je rentre de Stockholm le coeur rempli de mélodies de The Knife et vivant au jour le jour.
En soirée, les amis qui me présentent ont toujours ce silence confus avant de prononcer la phrase miracle et fourre-tout : « Alena, c’est une artiste« .
A Paris, le statut social est important – sans quoi deux inconnus ont du mal à lancer une conversation. « Tu fais quoi dans la vie? » « Tu fais quoi dans la vie? » « Tu fais quoi dans la vie? » « Tu fais quoi dans la vie? » « Tu fais quoi dans la vie? »  « Tu fais quoi dans la vie?« . Cette farce phrase qui revient si souvent dans les conversations mondaines. En toute honnêteté, il y a quelques années j’étais carriériste – maintenant j’aime juste que le travail soit bien fait, irréprochable. Ce détachement m’a permis d’avancer, bien plus que je n’aurais pu l’espérer. La fin de mon année de liberté approchait, je n’étais pas stressée, juste perdue, d’où le titre de l’article. Je ne savais pas vraiment où je devais aller, où je me sentais réellement confortable. J’avais commencé à envoyer mes CV aux galeries d’art, rencontrer les directeurs de galeries – mais ce milieu ne m’a pas mis à l’aise. J’ai presque trouvé que c’était avant tout du business et de la poudre aux yeux. Alors je me suis orienté vers l’art plus « humain » comme les associations qui aident la réinsertion sociale par le biais de l’art. Des emplois « tremplins » comme on les appelle. Je n’ai pas sauté bien haut. Et au fond je n’étais pas du tout pressée. J’ai continué à vivre avec mes vaches maigres et mon détachement. La liberté a son prix mais elle a aussi une fin.
Pour ma part, c’est une fin heureuse : un coup de fil une après-midi, une douzaine d’heures  d’entretiens et me voilà de nouveau sur les rails de la Fashion Industry. (La #FI pour le running-gag et les intimes qui me suivent depuis longtemps.) Et là, je prends le Polaroid de ma vie actuelle (ou #selfie, faut vivre avec son temps), et je le tends à « l’artiste » détachée de Novembre 2014 et je lui demande son avis.
Avis – qui restera à la discrétion de l’individu concerné.

F1010033

F1010035

F1000018

F1000023

F1000026
F1000027

F1000028

Génération #instafood.

F1000029

F1000030

F1000033

F1000034

F1000036

F1000002_B

F1000005_B

F1000006_B

F1000008_B

F1000009_B

F1000011_B

Entre deux entretiens et dans ma vague de ma passion horlogère,  j’ai aidé un artiste « sculpteur du temps » sur le salon Belles Montres à Paris. C’est Thierry de « Passion Horlogère » qui nous a mis en relation et c’était une expérience dans le thème du post : Hors du Temps.
Je vous invite chaleureusement à découvrir les oeuvres d’Alainpers sur son site, il a une perception vraiment intéressante et enrichissante du temps.

F1000012_B

F1000013_B

J’ai connu Julien il y a presque dix ans maintenant. Nous étions des inconnus, et je ne sais pourquoi je l’avais invité à l’époque me rendre visite quelques jours à Valloire lorsque j’étais serveuse en saison d’été dans cette station-village. Nos discussions étaient sans fin, et elles le sont toujours : géopolitique, sociologie, regard sur le monde… Puis on s’est toujours suivis de près ou de loin au travers des villes et du temps après notre rencontre au coeur de la Maurienne. Chambéry, Lyon et maintenant Paris.

F1000014_B

F1000017_B

F1000021_B

Toujours fidèle aux Oliver Peel sessions – qui organise des concerts intimistes en appartement.
J’en ai déjà parlé dans ma pellicule de Mars 2014 – avec  Frida Hyvönen.

F1000018_B

La magnétique Clara Luciani du groupe Hologram.

F1000019_B

F1000020_B

F1000023_B

F1000024_B

F1000026_B

F1000027_B

F1000031_B

F1000032_B

F1000033_B

F1000034_B