Pellicule Août 2015 – N&B

De retour à Paris, je profite de cette nouvelle pellicule déroulée à la montagne pour citer une fable de La Fontaine qui n’a pas pris une ride… D’ailleurs, elle n’a jamais autant été d’actualité !
A l’ère de la surenchère sur les réseaux sociaux (à laquelle je contribue aussi puisque c’est mon métier) et fréquentant les mondanités de la mode et l’art, parfois, face à mes interlocuteurs :
j’ai juste envie de l’écrire sur mon front.


La Montagne qui accouche

Une Montagne en mal d’enfant
Jetait une clameur si haute,
Que chacun au bruit accourant
Crut qu’elle accoucherait, sans faute,
D’une Cité plus grosse que Paris :
Elle accoucha d’une Souris.

Quand je songe à cette Fable
Dont le récit est menteur
Et le sens est véritable,
Je me figure un Auteur
Qui dit : Je chanterai la guerre
Que firent les Titans au Maître du tonnerre.
C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ?
Du vent.

Jean de LA FONTAINE (1621 – 1695)

F1000002

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

Anniversaire de Thibault, le compagnon de mon amie russe Maria

F1000013

F1000015

F1000016

F1000019

F1000020

F1000021

Retour dans ma maison de coeur aux Deux-Alpes, avec mon meilleur ami Nicolas.

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000026

F1000027

F1000028

F1000029

F1000032

F1000033

 


F1000034

F1000035

F1000036

Thelma & Louise

Comme le Ground Control a fleuri au milieu des H&M parisiens, nous nous y sommes aventurés pour l’ouverture du Paris International Festival Of Psychedelic Music.

F1000003

F1000001

F1000004

F1000005

F1000006

F1000008

F1000010

F1000011

F1000012

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000019

F1000020

F1000022

F1000023

F1000024

F1000027

F1000028

F1000029

F1000032

F1000033

F1000034

F1000035

Juin – Les jumeaux astraux

C’est 5 Juin 2015, il reste 209 jours avant la fin de l’année, et c’est aussi la date à laquelle sont nés mes trois jumeaux astraux préférés : Octave, Max et Noémie.
C’est aussi séparation officielle de la Serbie-et-Monténégro en deux pays distincts en 2006 et l’inauguration du musée Grévin à Paris en 1882… Mais on pourra en parler autour d’un café la prochaine fois…

F1010007

F1010008

F1010009

F1010010

F1010012

F1010013

F1010014

F1010015

F1010016_B

F1010017_B

F1010018

F1010019

F1010020

F1010021

F1010022

F1010023

F1010024

F1010025

F1010026

F1010027

F1010028

 

The Knife à Stockholm

La première fois que j’ai entendu The Knife, c’était en avril 2007. J’étais alors en première année d’école de communication et j’effectuais mon premier stage à l’entreprise dans le département marketing à l’office de Tourisme de Méribel.
J’ai rarement la mémoire des dates – mais cet instant – je le revis à chaque fois lorsque j’y pense. En effet, je suis assez difficile dans mes préférences musicales, et il est vraiment rare qu’une musique puisse me saisir, me pétrifier et arrêter le cours du temps lorsque je l’entends. The Knife, le live d’Heartbeats (reprise de José Gonzales) m’a fait cet effet.

Méribel, au coeur des trois vallées, est une station très cosmopolite, les saisonniers sont avant tout anglophones et la langue anglaise y est presque officielle. Beaucoup d’anglais, d’australiens y viennent tous les ans et s’y retrouvent, enclavés et isolés dans une sorte de seconde résidence au coeur des alpes. A l’époque, je ne parlais pas très bien anglais, mais pour ceux qui ont vécu les « saisons », ça ne pose jamais un vrai problème. Je ne me rappelle absolument pas comment on communiquait, mais tout le monde se retrouve à droite à gauche dans les chalets et appartements de saisonnier minuscules et on finit toujours par trouver une langage commun autour d’un petit verre, une guitare ou d’une playlist.

Un soir, j’étais avec mon amie russe Maria, et nous avons atterri dans un minuscule appartement de peut-être 15m2 où 8 saisonniers vivent ensemble empilés sur 3 lits superposés et matelas par terre. L’un d’eux, Lee Dobson, un saisonnier néo-zélandais, qui enchainait l’hiver de la Nouvelle-Zélande avec l’hiver français, était en extase devant un groupe et voulait absolument nous le faire découvrir. Et il me met la chanson criminelle : celle qui va me faire adorer the Knife et m’envoyer en Stockholm 7 ans après, pour le dernier des derniers concerts du collectif à Stockholm.
Une sorte d’effet papillon lorsqu’on y pense : qui aurait pu croire qu’une simple soirée entre une dizaine de personnes qui se comprennent à peine puisse me transporter en Suède 7 ans après ? La magie du destin.

Quand j’ai appris la séparation du groupe dans l’interview de Dazed and Confused il y a 3 mois : j’étais atterrée. Et Jeremy a pris les devants et m’a envoyé le plus beau cadeau du monde : une place pour leur dernier concert, chez eux à Stockholm.


F1000025

Notre pied-à-terre Airbnb : une décoration très « lagom« , super bien situé et gigantesque.
Si vous voulez le contact – notre hôte Isabelle était formidable, je vous donnerai son mail !

F1000026

F1000027

F1000028

F1000029

F1000030

F1000031

F1000032

F1000034

F1000035_B

F1010001

F1010002

F1010003

F1010004

F1010006

F1010007

F1010009

F1010012

F1010014

F1010015

The Knife – Shaking the habitual Tour

F1010017

F1010019

F1010021

F1010022

F1010024

F1010025

La gentillesse et l’hospitalité des suédois est une chose qui m’a frappé lors de notre séjour à Stockholm. La population est bien moins nombreuse que dans d’autres capitales et les gens prennent le temps au quotidien. En les observant interagir entre eux, ils ont toujours un mot gentil, une attention, du respect les uns envers les autres. Il n’y a pas de stress ambiant et même au supermarché, les caissiers prennent ne serais-ce que trente secondes pour parler à chaque client, sourire et plaisanter.
C’était vraiment agréable à voir, et lorsque nous étions concernés – nous nous sommes vraiment sentis bien accueillis.
A la sortie du concert, nous avons rencontré quelques fans, qui nous ont instantanément proposé de les suivre boire un verre dans le centre de Stockholm; nous avons fait la connaissance de Maria, Sofia et leurs bande d’amis et nous avons évidemment gardé contact.

F1010028

F1010029_B

Maria et Sofia.

F1010030

F1010031

F1010032

F1010033

F1010034

F1010035

F1010036

Sur la recommandation d’Isabelle, notre hôte Airbnb, nous sommes allés déjeuner dans un restaurant végétarien (Hermans) – où tout était libre service. Un buffet quoi. Le restaurant est situé sur une falaise ce qui donne une vue magnifique sur la ville. Nous sommes restés au restaurant jusqu’à la tombée de la nuit, je recommande cet endroit à quiconque s’arrête à Stockholm

F1000001

F1000002

F1000003

F1000005

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

F1000013

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

September Issue – Simplement.

Ah Septembre ! C’est le premier mois de l’année de la mode ; on sait déjà ce que l’on va porter l’été 2015, les magazines de mode pèsent plus lourd que Guerre et Paix de Tolstoï, et le champagne est moins cher que l’eau dans les clubs : Il est gratuit.
J’ai découvert cette année que la flute de champagne c’est #old, et que désormais on le boit « en piscine » aux open bar, avec des glaçons – le tout dans des verres promotionnel. Le luxe renie le luxe.
C’est la course au look le plus excentrique et à la soirée la plus en vue. On tremble déjà en se demandant ce que Rihanna va porter – et la gent masculine espère secrètement qu’elle ne portera rien. Kim Kardashian, de front row en front row, en oublie son enfant et John Galliano présente son majeur à toute l’industrie en rejoignant la maison Margiela.
Que de changements et pas une ride supplémentaire sur le visage d’Anna Wintour, elle nous répond juste à 73 questions et pas plus.
Du coté des mortels : tout va bien. Nous sommes juste sorties entre copines chez ledit Galliano et à quelques September-Issue-Parties.
Ma partenaire minceur a été Priscilla cette année, cheveux neige et teint Milka.

F1000001_B

F1000003_B

Déjeuner brainstorming avec Priscilla dans les hauteurs de Montmartre

F1000007_B

F1000012_B

F1000010_B

F1000011_B

Night Issue party du Magazine Antidote au ZinZin – Paris 6ème

F1000013_B

F1000014_B

F1000016_B

F1000020_B

F1000022_B

Le #seriousbusiness n’étudie plus les fluctuations de la bourse, non.

F1000023_B

F1000025_B

Loin des stroboscopes et du champagne des quartiers huppés, nous avons décidé d’installer notre Fashion Week à Belleville.
Cocktails de pois chiches et rouleaux de Spring/Summer 2015.

F1000027_B

La soirée Vogue Fashion Night Out à la boutique Galliano

F1000029_B

 Les plastiscines – Boutique Galliano

F1000030_B

Des individus s’exerçant à l’art du selfie

F1000032_B

F1000033_B

F1000034_B

Soirée de l’ouverture de la boutique Celio Club

Portsmouth – Juin 2014

Début Juin, je suis partie une semaine à Portsmouth dans le cadre d’une formation intensive en anglais. J’étais logée et nourrie chez Clare, une dame formidable : institutrice en école, passionnée par le chant, le théâtre et le cinéma.
J’ai aussi appris plus tard dans mon séjour qu’elle adorait la photographie,  j’ai vu des clichés qu’elle a réalisé en noir et blanc de New York et ils m’ont beaucoup marqué.
Au premier jour, je fus surprise de ne pas être seule reçue dans la famille, une autre fille, Sonja, une allemande d’une dizaine d’années mon ainée, a été envoyée par son entreprise pour une formation intensive également. Très gentille et agréable, mais un peu bavarde – monopolisant la plupart des conversations – ce qui m’a un peu freiné pour m’exprimer tout au long du séjour.
Nous étions ensemble dans le groupe et en classe à LSI Portsmouth (Language Specialists International) à raison de 7 heures par jour. Mais le pire du séjour (et probablement depuis bien longtemps) : à mon arrivée à Portsmouth, un orgelet à surgi sur mon oeil droit, et puis s’est transmis au gauche et puis s’est retransmis au droit. L’enfer. J’ai probablement vu toutes les pharmacies de la ville, cliniques et hôpital, le tout pour que tous mes interlocuteurs me disent qu’il faut soigner ça avec des compresses d’eau chaude. Et pas d’antibiotiques. (Ce qui était totalement faux, puisque – rentrée en France, c’est la première chose qui m’a été donné en pharmacie). J’ai vu trouble tout le long de mon séjour, et je me suis sentie totalement vulnérable, sans maquillage, les yeux gonflés et comme remplis de sable. Ce fut néanmoins une bonne expérience quant à l’humilité et la confiance en soi.

F1010001

F1010003

F1010004

F1010005

F1010006

F1010007

F1010008

F1010009

F1010010

F1010011

F1010012

F1010014

F1010015

F1010016

F1010017

F1010018

F1010019

J’avais demandé à être dans une famille végétarienne et Clare cuisinait vraiment très bien, les saucisses sont sans viande.

F1010020

 Sonja, l’élève Allemande logée avec moi et Clare la maitresse de maison

F1010021

Le premier pudding d’été que j’ai gouté dans ma vie (j’ai gardé la recette que je fournirai plus tard sur le blog) !

F1010022

F1010023

F1010027

F1010028

F1010029

F1010030

F1010031

Le théâtre de Portsmouth et dont Clare s’occupe en partie.

F1010033

J’ai participé au maximum d’activités sociales proposées par LSI, afin de parler le maximum en anglais. Des bars-concerts, des restaurants, des sorties, etc.

F1010034

F1010035

F1010036

F1030001

Mark, mon professeur d’anglais Business avec un humour british comme nous l’aimons tous.

F1030002

F1030003

F1030004

F1030006_B

J’ai vécu la célébration du D-Day sur place, c’était vraiment impressionnant

F1030007

F1030008

Frédéric un français de mon groupe aussi envoyé en séjour linguistique par son entreprise et Sonja ma « coloc ».

F1030009

F1030010

F1030011

F1030012

F1030013

Alexander un compatriote russe de mon groupe, le seul à m’avoir soutenu moralement avec mes orgelets.

F1030016_B

Peter, mon professeur d’anglais général, que j’ai vraiment adoré. Pédagogue, organisé et patient, c’est certainement le professeur que j’aurai rêvé d’avoir dans mes années Collège-Lycée. (L’une des seules photos où on voit pas trop mes yeux défigurés)

F1030017

F1030018

F1030019

F1030020

F1030021

F1030022

F1030023

F1030024

F1030025

F1030026

F1030027

F1030028

F1030029

On m’a expliqué que les fun fair sur l’océan étaient typiques sur la côte britannique, je suis allée m’y perdre le dernier jour à Portsmouth.

F1030030

F1030031

F1030033

F1030034

F1030035

F1030036