Burn-out : la descente aux enfers

Ne pas pouvoir s’alimenter, hôpital, psychiatrie, déconnexion de tous les réseaux sociaux, isolation sociale, batailles judiciaires, dettes, surendettement, dépression. Voilà ce que je vais aborder dans mon témoignage sur le surinvestissement et l’exploitation au travail qui m’ont conduit au Burn-out.

« Burn-out« .
J’ai entendu parler de ce terme obscur – de très loin dans les magazines féminins, parfois aux infos, parfois au comptoir d’un café. Cela a toujours été une sorte de mythe dans mon esprit.
J’ai souvent entendu :
« – Non mais, tu n’imagines pas… J’étais sous l’eau, au bord du burn-out »
« – J’ai fait un burn-out, deux semaines au lit, j’ai du mal à reprendre » etc.
« Ok, ok, d’accord » pour moi c’était juste des petites natures, des gens qui aiment bien se plaindre à tout va, un petit manque de vitamine D et de magnesium, allez, bouge-toi les fesses et vas-y fais un footing et ça va repartir tu verras !
Sauf que, depuis j’ai appris et compris. Ce que je vais partager dans mon témoignage est bien loin de ce que j’ai pu entendre, croire, voir, lire.
(Néanmoins, je tiens à préciser qu’il n’y a pas d’échelle de valeur dans la souffrance.)

J’ai à maintes reprises essayé d’écrire, partager mon expérience, mais à chaque fois je fondais en larmes à la première ligne, puis je me mettais en boule à me balancer d’avant en arrière et je refermais la page word sur le champ.
« Voulez-vous enregistrer ? » « Non, surtout pas, je veux tout effacer de ma tête à jamais », puis crise de larmes, boule au ventre et déprime sur quelques jours, voire quelques semaines.

Je voulais absolument partager ça, mais il m’a fallu 2 ans avant de pouvoir dépasser la première ligne. Je suis prête.

Je ne sais pas par où commencer, mais le plus simple va être par ce qui me semble être le début, le début de ma vie professionnelle. Peut-être le tout va être décousu, mais je vais respecter la chronologie.

J’ai toujours adoré travailler, et j’ai toujours voulu travailler depuis mon plus jeune âge. J’ai même commencé à 16 ans, à coté de mes études.
Mise en rayon dans un supermarché, serveuse dans un hôtel, restaurant, bistro, barmaid, hôtesse d’accueil, vestiaire dans une boite de nuit, street marketing, flyage, relance téléphonique, agent d’accueil chez Virgin, lutin du père Noel, rédaction d’article pour le web, vendeuse dans une boutique vintage, assistante de direction marketing, assistante de photographe, photographe, graphiste, mannequin cabine, assistante chef de pub, assistante du directeur artistique, responsable de communication dans une agence de mannequin, responsable du numérique dans un grand groupe.
Jusque là, j’ai fait tout cela avant mes 28 ans.
Et dieu sait comme j’adorais découvrir des nouveaux jobs, dieu sait comme j’ai adoré monter les échelons, aller plus haut, être gratifiée. Pour une immigrée russe, c’était prouver au monde qu’on peut être capable, capable d’avoir une place dans la société française, m’intégrer en somme.
C’était des défis permanents, des challenges : travailler le 31 décembre, tous les soirs après l’école, le week-end, les vacances scolaires, tout le temps libre.

J’ai été gratifié, honorée, j’ai pu passer dans deux JT, quelques émissions télé, citée dans quelques articles de journaux.
Workalcholic.
Pendant que mes potes continuaient leurs études, prenaient des années sabbatiques pour partir au Canada ou en Australie, moi je voulais une ascension fulgurante. Je n’avais pas assez de finances pour un master, je voulais prouver que j’étais capable de grimper par le travail et mes compétences. Sauf que, jusqu’à ma 27ème année, je ne savais pas ce que c’était la pression, la perversion hiérarchique et l’humiliation permanente, puis la dépression.

Pour moi la dépression c’était « baisser les bras », pas une maladie. Maintenant j’ai compris.
J’ai toujours été exigeante : plus envers moi même qu’envers les autres.
J’ai fait une combustion spontanée.
Je n’ai rien vu venir, mes proches si.

8 février 2016, après avoir travaillé sur plusieurs fashions weeks non stop, m’adaptant aux horaires de New-york, travaillant tous les weekends, j’ai cumulé quelques 320 heures en janvier.

Pour résumer rapidement les six derniers mois avant la « chute » : je n’avais plus de mec, je ne voyais quasiment plus mes amis, ma mère et mon frère me décrivaient comme froide et trop maigre (mais je niais en bloc), j’essayais d’être présente partout (aux évènements, aux soirées, dans tous les départements au travail.
J’étais payée 4000 boules (que je dépensais bêtement en fringues, livreurs et uber pour compenser de ne pas avoir de temps pour moi).

En un peu plus d’un an, j’ai formé seulement 4 stagiaires. Mes patrons m’envoyaient des textos à toute heure, indifféremment du soir ou du weekend (le pire ayant été un dimanche 15 août pendant mes 5 jours de congés : triple peine).
J’envoyais des textos à mes stagiaires indifféremment du soir et du weekend :plus on a la pression, plus on l’inflige aux autres.
Dans la même année, j’ai perdu un ami au bataclan.

Je buvais 10 cafés par jour au bureau, je dormais entre 3 et 5 heure par nuit, je fumais un paquet de cigarettes par jour (depuis j’ai arrêté)..
Je me sentais un peu fatiguée mais pas en mauvaise santé. La preuve en 6 ans de vie professionnelle : je n’avais pas de médecin traitant et j’avais seulement 3 journées de congé maladie en cumulé à mon actif.

Je jonglais entre 5 ou 6 projets à l’agence : des grands événements sportifs mondiaux, des grands événements liés au grand écran, des projets de grandes marques cosmétiques, et du marketing numérique autour des défilés des Fashion sur weeks.

Aux rares dîner avec des amis, j’avais 1000 notifications au minimum sur mon portable personnel (pas de pro, il fallait économiser car « je coûtais cher à l’agence »). Je publiais des contenus en dehors des « heures de travail », je vérifiais tout le travail de mes stagiaires, car une erreur de programmation par le stagiaire ou l’assistante, c’était un incident diplomatique dans la fashion sphère ou le monde du cinéma le lendemain à l’agence.

Ma vie se résumait à : mon ordi personnel, mon ordi de bureau (négocié après 8 mois de travail à trimballer mon mac dans un sac à dos) et mon smartphone.

La semaine avant « la chute », j’étais un peu le running gag du nombre de capsules de cafés absorbées et de la longueur de mes cernes alternativement lancés par mes collègues ou mes deux patrons. Ah, qu’est-ce qu’on se marrait !

Mes patrons alternaient de manière perverse compliments (auprès des autres), et « ce que tu nous coûtes » en face-à-face, des « si t’as pas les épaules, tu peux être chef de projet », « il faut que tu restes au bureau, ce soir car moi je reste aussi » .

Bien sûr, à l’évaluation annuelle personnelle j’avais doublé mes objectifs, eut une prime exceptionnelle, été augmentée (alors « qu’on n’augmente pas la première année, tu sais »).

J’étais irréprochable sur le travail, toujours dans le dépassement, le challenge, l’innovation.
Je faisais du présenteisme, je partais quasiment toujours en dernier.
Plus les résultats étaient bons, plus on me rajoutait des projet sur le bureau.
L’adrénaline.

Le grand patron avait fait fabriquer des plaques pour les accrocher en bas de l’immeuble. On avait créé une nouvelle branche dans le groupe : le « département digital » écrit en lettres dorées et qu’ils vendaient à tout va à tous les clients, et qui se composait de moi uniquement et un stagiaire fraîchement formé et motivé.

Grosse réussite sociale : ma première stagiaire que j’ai formé à pu choper un poste dans le numérique à 21 ans chez Elite.

Lorsqu’on compose le tableau, j’avais tout pour moi professionnellement.
Mais plus rien personnellement. Pourtant j’essayais de faire vivre mes passions du temps qui me restait, c’est les seules choses qui me maintenaient en vie.

J’étais devenue une connasse froide qui raye les parquets avec ses dents longues, hyper active sur les réseaux sociaux, et dépassée par le vide de sa vie sociale.

Et puis cette nuit du 8 février 2016.
J’avais eu la nausée toute la journée, encore une deadline de dernière minute au bureau, encore une « prez » à finir après tout le monde. Encore un weekend où je devais envoyer une prez à mon patron « avant lundi ».

Je me retiens de vomir dans le trajet du retour dans le métro, je rentre. 1000 notifs, Le rideau de fer était déjà tombé sur le Franprix de mon chemin, comme tous les soirs après le boulot en janvier 2016.
Manger ne servait à rien de toute façon car j’ai la nausée. Je vomis. Toute la nuit.
Je me dis que c’est une sale gastro de saison. Je préviens mes patrons, je prends rdv chez un médecin spécialement à côté « du boulot » pour y retourner direct, je NE PEUX être malade chez moi. Hors de question car trop de boulot.

Sauf que quand je me réveille de nouveau, mes jambes ne répondent plus.
Je suis paralysée. Je les soulève, elles ne fonctionnent pas. Je manque de m’évanouir à cause du stress de la situation. Premiere réaction de panique. J’appelle le médecin et j’annule. J’appelle mes patrons : ils me disent d’appeler SOS médecin. Je me rendors, me réveille, mes jambes refonctionnent par magie.

SOS médecin arrive à 17h seulement. Aucun diagnostic. Pas de fièvre. Il note « état viral » et m’arrête 4 jours.
Le lendemain, 3000 notifs sur mon téléphone et un SMS d’un des patrons qui me demande si « j’ai bien un arrêt maladie » et combien de jours. Il me dit : « écoute, si ça va mieux après demain je t’envoie des dossiers à lire à la maison. »

« DES DOSSIERS À LIRE À LA MAISON », direct une envie de vomir. Je vomis mes tripes. Je désactive toutes les notifs sur mon téléphone. Mode avion. Je pleure. Je suis prise de tremblements. Mes muscles se tendent partout. Mon corps est parcouru par mille aiguilles. Je hurle de douleur.
Qu’est-ce que j’ai ? J’appelle ma mère, elle me dit d’aller revoir un médecin.
Je vais dans un centre médical le surlendemain. Je ne peux pas marcher droit, je rase les murs, j’ai des vertiges, je ne peux pas manger. Le médecin à la retraite me parle de mon cou. Un goître. Il me dit que je n’ai rien, juste un problème de thyroïde et de poids. Je pleure dans son cabinet. Je lui dis que c’est pas ça que j’ai mal partout, que je vomis tout le temps.
Il me dit d’aller doser ma thyroïde. Ordonnance. Je vais voir un autre médecin.

Le médecin est une femme toute jeune, certainement mon âge. Elle me dit : « vous êtes sure que ce n’est pas le travail ? », je m’effondre en larmes, prise de tremblements. Elle appelle directement un psychiatre pour moi. J’ai rendez-vous en urgence.
Un médecin psychiatre ?! Pour moi ?
Mais je ne suis pas folle !!!!
La médecin généraliste me dit : « allez y, faites-vous une idée vous-même ».
Et j’y vais.

Le psychiatre m’écoute – je me rappelle de cette journée comme si c’était hier… Il me dit : « vous rendez-vous compte de ce que vous subissez ? ». Je suis dans le devoir de vous arrêter 1 mois minimum dans votre état. Et il me prescrit des anxiolytiques, des benzo. Ca me rend toute molle, dégueux, mais ça me calme.

Je le revois une semaine après, je comprends effectivement que j’étais allée trop loin avec mon corps et mon esprit. Que je disparaissais, que j’étais à deux doigts de crever. Que j’étais complètement inconsciente.
Je continuais à vomir de la bile tous les jours, je ne pouvais rien avaler.
Une amie et un ex était venus me voir de force pour cuisiner. Je me suis complètement isolée.
Ma mère était en croisière. Je n’avais personne à qui parler. Je pleurais toute la journée. Je ne pouvais plus me voir, ni me laver. Ni sortir. Ni rien.
J’avais coupé facebook, instagram, désactivé tous les réseaux sociaux personnels. J’ai rangé mon ordi, déconnecté mon calendrier iCal avec l’adresse du boulot qui m’affichait encore mille alertes de rendez-vous clients.

Je pensais que j’allais juste crever comme ça, doucement.
Une amie à ma mère me téléphonait tous les jours pour m’écouter pleurer. Elle avait eu un « burn-out » par le passé.
Voila : j’étais « en épuisement psychique lié à une situation professionnelle dévorante« . Comme l’écrivait le psychiatre.

Le burn-out est un stress chronique (comme je l’ai lu plus tard dans des livres et sur internet).
Il serait une conséquence de réactions et un état psychologique et physiologique résultant de l’accumulation de stress quotidiens ayant usé et brulé l’individu.
Le Burn-out concerne généralement des personnes fortement investies dans leur travail. Cela peut être des overarchievers, des hustlers, des personnes très ambitieuses et ayant sans cesse peur de l’échec et de ne pas être à la hauteur.
C’était mon cas, avec le recul.
Le burn-out est donc un état d’épuisement psychologique (émotionnel), mais aussi cognitif (avec une perte de motivations et des difficultés de concentration) et physique (fatigue chronique), qui se présente sous forme de symptômes traduisant une réaction de détresse à une situation de stress en milieu professionnel.

Mais malgré tout ce qui est écris ci-dessus, je ne vous surprendrait pas en vous disant que la premiere semaine je voulais déjà retourner au boulot malgré mon état. JE VOULAIS Y RETOURNER comme si ma vie en dépendait.
Et puis comme je pleurais tout le temps et que je me tordais de douleur, je me disais que c’était du suicide.

« Suicide » : Ca m’avait traversé l’esprit un jour en prenant le métro pour aller voir le médecin.
J’ai arrêté le métro car j’avais peur de moi, j’ai aussi arrêté le scoot car j’étais constamment en hypervigilance – je voyais tous les détails de la route mais je ne me concentrais pas sur l’essentiel. J’étais un danger pour moi et pour les autres.
Je marchais uniquement, doucement et je rasais les murs.
Les bruits m’agressaient.
Ma vie n’avait plus de sens.

Le premier mois est passé très vite, je dormais 12 à 14h par jour, le reste du temps je le passais au lit ou à pleurer.
Je ne pouvais pas lire : les lignes se croisaient.
Je ne pouvais pas regarder de films : le contact même avec un ordinateur me donnais la nausée.
Je ne pouvais voir personne, j’avais honte.

Chaque fois que j’essayais de parler de ce que j’avais me plongeait dans une crise de larmes.
Auprès des seuls amis qui venaient me voir ou prenaient de mes nouvelles, j’essayais de faire bonne figure et je relativisais. Mais de nouveau seule, je pleurais.

La seule idée de revenir travailler et de retrouver les collègues et les patrons me terrorisaient.
Je ne pouvais pas, je devais arrêter.

Un jour, j’ai rencontré ma voisine du rez-de-chaussée, elle avait été assez directe en me disant qu’elle m’entendais pleurer tous les soirs en rentrant chez elle. Elle m’a demandé ce que j’avais. On a parlé. Par chance, sa mère est avocate en droit du travail.
Elle voulait m’aider. M’aider à partir.

Sans entrer dans les détails de la « bataille » judiciaire, l’enfer à réellement commencé lorsque l’agence a fait savoir à l’avocate que : « soit je reviens, soit je démissionne ».
Cette nouvelle m’a plongé dans une nouvelle maladie que je ne connaissais pas : la dépression.
Et la descente aux enfers a commencé quand j’ai compris qu’en arrêt maladie, au delà du deuxième mois, je suis passée de 3200e net à 1000e d’indemnisation maladie.
J’avais contracté un prêt, je payais encore mon prêt étudiant et 5000 euros d’impôts me sont tombés dessus au même moment. La chute était rude. J’ai pris un crédit revolving pour vivre, emprunté de l’argent à ma voisine, a un ami. Ma famille n’étais pas dans une santé financière pour m’aider. Je ne m’en sortais pas. Je ne voyais pas le bout du tunnel.

J’étais malade, en dépression et dans un découvert abyssal (que je comble encore).
Et j’avais aucun filet de sécurité, ma famille ne pouvait pas m’aider, le burn-out n’est pas une maladie reconnue et mon assurance à la banque n’a pas fonctionné.
Tout ce qu’avait l’avocate avait en retour de « la partie adverse » était un silence radio. Ce n’était pas la première fois apparemment, ils jouaient sur le temps, et attendaient le moment où j’allais craquer…
Je ne pouvais pas démissionner, car j’étais traumatisée par l’idée même de retravailler.

Je ne sais même pas décrire cette période, mon cerveau a décidé de bloquer la mémorisation des événements.
J’avais perdu 8 kg, je suis allée à l’hôpital en pathologies professionnelle, et l’enfer a duré plus d’un an.
J’étais en situation de surendettement, j’avais aucune issue. J’étais blindée aux médocs.

Voilà ce qu’était devenue la wonderwoman, la créative, l’amoureuse du travail et du challenge.
J’étais toujours déconnectée des réseaux sociaux. Mes amis les moins proches ne m’invitaient plus à leur anniversaires car ils avaient oublié mon existence réelle. Car je n’existais plus sur les réseaux.
Être mort sur les réseaux sociaux en 2016 était équivalent à être mort tout court.

Bien sûr, ma disparition numérique a suscité la curiosité malsaine de certains. J’ai eu des questions par téléphone une ou deux fois. Par fierté, je n’ai pas dit grand chose.
Ca s’est arrêté là.

Dans cette période de déchéance totale, sans issue dans mon esprit.
Sortir de la dépression a été un nouveau challenge que je me suis donné.
J’ai voulu me battre. Arrêter le traitement. Me forcer à sortir, malgré les larmes et mon asthénie.
Les premières semaines ont été complètement contre-productives. J’ai voulu courir, faire du sport. J’ai pu faire que 20m et manquer de m’évanouir.
J’ai commencé une mono-diète de pizza, ça m’a sauvé.
Je n’ai mangé que ça pendant plus de deux mois.

Je n’arrive pas vraiment à situer ces tentatives de guérisons, mais c’était 2016.
Dans un pétage de plomb total, je me suis inscrite dans une compagnie de théâtre.
J’ai voulu faire une sorte d’art-thérapie. J’ai tenu 4 jours.
Échec total, mais j’ai rencontré la bas, celui avec qui je partage ma vie et qui m’a sauvé en grande partie et qui m’a redonné le goût à la vie.

Je ne suis pas en train de dire que l’amour a tout sauvé, et que tout s’est remis dans l’ordre du jour au lendemain.
Non, mais la suite a été plus facile. Mon compagnon m’a soutenu dans mes démarches, dans le moral, il m’a aidé, sous-loué son appart, fait rencontrer des personnes qui m’ont aidé. J’avais un peu plus de perspectives à court terme (à part me laisser mourir quoi).
J’avais envie de revivre, pas au point de me battre, mais juste assez pour me sortir de cet enfer.
Je n’ai d’ailleurs pas eu la force d’aller aux prudhommes. J’ai été licenciée pour « inaptitude », je suis partie avec rien.

…………………

Suite.

Que me reste-t-il après tout cela ?
Un syndrome post-traumatique , une thyroïde détraquée et encore quelques problèmes de santé révélés par le stress.

Mais il ressort aussi une chose importante à la suite de ma dépression : de la résilience, de l’espoir et des projets.
Reprendre un travail dans l’univers de la mode, de la communication, du marketing, publicité ou vente m’est psychologiquement difficile, voire impossible.

Bien que cliché, l’idée est pour moi de développer un projet et des solutions qui vont permettre aux entreprises et aux start-up (mais aussi aux particuliers) de prévenir le burn-out, le stress et les pathologies professionnelles.

La pratique (et l’apprentissage quotidien) de la méditation et du yoga m’ont beaucoup aidé à sortir de ma dépression et ont largement contribué à améliorer mon état de santé général.
De plus, ma mère travaille dans le bien-être et la santé, et c’est devenu une évidence pour moi ces derniers mois de me tourner vers ce secteur.

Je souhaite tout d’abord passer mon permis (mieux vaut tard que jamais) et partir me former à la philosophie yoga, la méditation et quelques bases de l’Ayurvéda en Inde. Pour cela, j’économise et j’élabore mon projet de jours en jours.
Vous pouvez m’aider si vous le souhaitez en participant sur mon Tipeee
En retour, je partagerais toute mon expérience de reconversion et d’apprentissage avec des photos, des vidéos et des articles.

……………………..

Malgré le caractère très intime de ce témoignage, sachez que j’ai tout de même volontairement (et involontairement, par souci de mémoire) ignoré des parties car le but ici est de rédiger un témoignage sur le burn-out et la dépression que j’ai enduré et non accuser ou rédiger une missive diffamatoire envers mon ancien employeur.

J’ai aussi délibérément édulcoré certaines parties car je sais que la mémoire peut également amplifier certains faits avec le temps.

Aussi, je prie les lecteurs de m’excuser pour l’écriture (c’est un témoignage, malheureusement pas de la littérature) mais je n’ai pas la force de relire plusieurs fois, car une relecture est psychologiquement difficile à vivre.
J’ai mis deux ans à l’écrire, il est possible que je mette du temps à le relire. Mais je compte sur le pouvoir cathartique de cet article et aussi sur les témoignages et le soutien que j’espère recevoir à l’issue de celui-ci.

Je me rends totalement disponible pour répondre à vos questions et témoignages d’expériences personnelles (de reconversion professionnelle, burn-out, dépression ) par mail.

Appareil photo jetable – Septembre 2015

F1000013

Saint-Denis

F1000014

F1000015

Dynamiterie festival

F1000016

Thomas Baignères

 F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000024

F1000008  Backstage du shooting de Mathieu César pour Intersection magazine

F1000006

L’écurie Ford Mustang

F1000010

F1000002

F1000012

Victoria Carratier – Mannequin Premium Models

Latence et photographies jetables

J’ai traversé cette période comme on vogue sur un océan de dégout. Et c’était tiède.
Quoi de pire que quelque-chose de tiède ?
Ces deux derniers mois ont été ceux de la latence : après la pellicule à la montagne, le moteur de mon appareil argentique s’est définitivement arrêté et tout ce qui en suit est jetable – tout comme les appareils photos utilisés. Je ne retiens rien, à part un vide, un dégueulis sans saveur – tiède encore.

J’ai donné de l’amour autour de moi, j’ai aussi entendu des « je t’aime », j’ai pensé à la résilience et j’ai cru en l’humanité. J’y croirai encore et toujours, mais j’ai décidé de mettre cette période sous-vide.
Les éléments qui la composent seront étudiés, étalés puis effacés.
Je veux simplement comprendre pourquoi l’univers a décidé de me faire traverser une période tiède, ça ne m’est pas arrivé depuis des années, peut-être jamais.
Je vis d’habitude sur une sinusoïde qui me propulse d’une période euphorique vers une période ingrate et lourde. J’ai l’habitude, je sais le gérer.
Je serre les dents à rude épreuve puis je vis intensément aux périodes d’allégresse.
Mais la tiédeur, c’est sans saveur, sans parfum : c’est synonyme de mépris. Le mépris de la vie.

Alors j’ai décidé d’accepter ce mépris comme j’ai appris à l’accepter dans le milieu professionnel.
J’accepte le regard froid de la vie comme j’accepte celui de mes collègues : tout est une leçon et je veux apprendre – j’ai foi en l’humain, j’ai foi en la bonté. J’accepte cette tiédeur et ce mépris comme un cadeau.
Et je sais que je vais en rire. Je vais rire car c’est fade, non douloureux et je n’en souffre pas.
C’est juste désagréable, j’attends que ça passe. Mais j’ai décidé d’en garder un souvenir brut – mais non brutal. Brutes, comme les photos d’un appareil jetable.
Jetable comme un jeu sur table : on débarrasse les cartes et on passe à autre chose.

F1000005

F1000006

F1000008

F1000010

F1000014

F1000015

F1000016

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000026

F1000028

F1000029

F1000030

F1000032

F1000033

F1000035
F1000003

F1000023

F1000022

F1000020

F1000026

F1000036

F1000037

F1000031

F1000001

F1000004

F1000005

F1000008

F1000009
F1000010

F1000011

F1000012

F1000014

F1010001

F1000015

F1010005

F1010004
F1010007

F1010008

F1010010

F1010011

F1010022

F1010013

F1010012

F1010024

Mai, Décide la destinée

« Le mois de mai, de l’année,  Décide la destinée. »

Un terme régit ma vie c’est la résilience, mon fil d’aplomb.
C’est un mot magnifique, une formule magique ! J’aime particulièrement son étymologie qui vient du latin resilio – ire, et qui littéralement signifie « sauter en arrière ». Tous les jours de ma vie, ces plus de 10000 jours sur terre, j’ai sauté en arrière. A chaque échec, à chaque mauvaise rencontre, à chaque impasse : J’ai sauté en arrière. C’est un vrai cadeau, un don de la vie, ou plutôt : un don de ma mère. C’est en observant ma mère, pendant mon enfance, sa capacité de rebondir qui a fait de moi qui je suis maintenant. J’admire son courage incroyable et pour toujours.

La résilience, c’est donc cette capacité de rebondir indescriptible, une force positive d’une violence rare. De fait, je n’ai pas peur de l’avenir, je n’ai pas peur de tomber, je n’ai pas peur de faillir.

Parce que je sais que je possède malgré moi, cette force que je ne maitrise pas et qui survient au moment le plus dur et ce, comme par enchantement. Peut-être qu’en me lisant, certains se diront : « oh mais quelle prétention » ! Non, non, non. Je décris cette résilience car j’admets cette force. En la connaissant je peux prendre des risques. Et comme disait Robert Fitzgerald Kennedy : « Seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussiront brillamment. »
Je suis donc prête à continuer d’échouer brillamment et d’apprendre de mes erreurs. Je sais que la majorité de ceux qui me croisent me trouvent effrontée, insolente, maladroite et parfois impudique. Mais ce sont ces défauts et cette naïveté assumée avec lesquelles j’accepte d’avancer et ne pas reproduire les mêmes erreurs. En mai, j’accepte ma destinée.

F1000034

F1000035

F1000036

F1000001

F1000002

F1000003

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

F1000013

F1000030

L’exposition Jean-Paul Gaultier au Grand Palais vaut vraiment le détour, je recommande à tous ceux qui ont la patience de faire la queue…

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000027

F1000028 `

F1000029

F1000031

Exposition de Jean André – Red Bull Space – 75002 Paris

F1000032

F1000033

Jean devant son oeuvre

My mother : a brilliant photographer

A la fin des vacances d’été en Savoie, comme tout individu qui respecte les bons plans, j’ai trouvé mon billet de train sur un site de revente de billets en ligne. Avec ma mère, nous avons pris la voiture pour aller chercher la récompense – à celui, qui a eu la chance de rester encore un peu plus dans la région avant de rejoindre le ciel gris de Paris.
Il fallait aller chercher le billet dans un village perdu après le Tunnel du chat, et nous avons pris la route. Sur le chemin, nous avons vu des décors fabuleux et nous avons décidé de faire quelques haltes pour les découvrir. Des carrières abandonnées, des grottes, des lacs, des rivières : des paysages à couper le souffle et un temps à en oublier l’existence de la carence en vitamine D. Ma mère a pris mon appareil photo argentique et a voulu me photographier comme je le fais avec les autres : de manière spontanée. On a passé un super moment à s’amuser et avec son regard de mère, elle a su saisir des instants de vraie liberté. Je n’avais qu’une pellicule dans mon appareil, mais lorsque je l’ai développée, j’ai été frappée par le talent de ma mère, son oeil, sa manière de saisir l’instant. J’étais subjuguée au point d’en oublier que j’étais la « modèle ».
Je lui ai demandé s’il elle était d’accord de publier cette série et le magazine autrichien C-Heads (avec qui j’avais collaboré pour cette série) m’a répondu dans la demi-heure très enthousiaste à coups de : « wonderful « , « such a good idea », « we love it » !
J’étais tellement fière !

Ci-dessous, quelques photos non-publiées et quelques unes de la série.
La série est disponible sur ce lien : http://www.c-heads.com/2014/09/16/c-heads-exclusive-alena-gaponova-a-photographer-shot-by-her-mother/

F1010035

F1010033

F1010034

F1010030

F1010027

F1010023

F1010024

F1010020

F1010003

F1010016

Photographies par Olga Molodova

Pellicule oubliée – JUIN III

Une pellicule retrouvée datant probablement de début Juin 2014 avec :
– Un tour sur la péniche Kia Cabana installée sur la seine pour la coupe du monde avec Laurie et Carole
– Un cocktail avec mon paparazzi préféré Foc Kan
– Des marseillais à Paris
– Une exposition d’eaux-fortes d’Isabelle – une amie d’Antonin, le poète.
– Le concert de Callas Tebaldi aux Saint-Pères avec Max
– Et enfin, la présentation du concours Talents Nomades de Fujifilm à la Cartonnerie.

F1000003

São Paulo, Paris sur Seine.

F1000001

F1000004

Avec Foc Kan préféré.

 F1000006

Carole et Laurie, des attachées-presse d’une valeur inestimable.

F1000005

F1000009_B

F1000010

F1000012

F1000014_B

F1000015_B

F1000016_B

Camille et Antonin à l’exposition d’eaux-fortes d’Isabelle.

F1000018_B

F1000021_B

F1000022_B

 Au concert d’Octave et son groupe Callas Tebaldi

F1000023

F1000024_B

F1000025_B

Un Brunch au Blackburn Coffee, vers le Slendid à Paris : une belle découverte !

F1000028_B

F1000029_B

 Jeremy à la présentation du concours Talents Nomades de Fujifilm France à la Cartonnerie.

F1000031_B

F1000032_B

F1000034_B

F1000035_B

 

Pellicule JUIN 2014 – Espace Morin

 Du 19 au 22 Juin, le collectif SoixanteDix & Friends a investi les 400m carré de l’Espace Morin 14 rue Vertbois dans le 3e arrondissement de Paris. L’événement était pensé autour de la photographie, et 7 jeunes artistes prometteurs ont été exposé sur les deux étages de la galerie. Pour la cloture de l’événement, Quentin Renaux, l’un des organisateurs de l’événement, m’a convié avec Antonin Veyrac (le poète avec qui j’avais exposé au 16 Tholozé) pour une performance artistique.
Antonin a déclamé sa prose, pendant que je dessinais à l’aquarelle en live. Puis d’autres jeunes penseurs sont venus lire et partager leurs écrits, avec en plus des sessions musicales de Clara Cappagli et Roxane. C’était un dimanche agréable et plusieurs de mes proches amis sont venus voir la performance. Un grand merci à eux et ceux qui nous ont permis de nous exprimer en cette belle après midi d’été.

06830006

Mon atelier éphémère

06830003

06830007

 La douce Camille, la copine d’Antonin

06830008

06830009

06830010

 Quentin Renaux, du collectif SoixanteDix & Friends et organisateur de l’événement

06830011

06830012

06830014

06830015

 Antonin et Quentin

06830016

06830018

 Mes productions de la performance à l’aquarelle

06830019

 Swan

06830020

06830021

06830022

06830025

06830026

J’ai découvert le P’tit bar grace à Laurent, c’est l’un des bars les plus originaux de Paris pour moi. Il se trouve au 7 rue Richard Lenoir, dans le 11ème arrondissement de Paris. Il est tenu par Madame Paulo, qui est la tenancière depuis plus de 40 ans.
Elle  en a vu des choses dans son bar ! Elle a même servi des officiers pendant la 2nde guerre mondiale. Toujours avec son gros chat fidèle et ses canaris (qu’elle embaume quand ils la quittent pour les accrocher entre les bouteilles.) Sa fille est Erpétologue et chasse les vipères noires au fin fond de la suisse. En ce moment, son bar est un peu délaissé pour les terrasses d’été, mais je vous recommande chaleureusement d’y faire un tour et goûter un petit verre d’Avèze, l’alcool de gentiane que l’ont ne trouve QUE dans son bar à Paris.

06830027

Parc de Belleville – Paris 20ème

06830028

06830032

Bassin de la Villette, Paris 19ème

06830033

 Folies Bergères, Paris 9ème

06830035

« Louise – Parisienne » Editorial pour C-Heads Magazine

J’ai eu la chance d’être choisie par C-Heads Magazine pour publier un édito exclusif avec la magnifique Louise Follain. C-Heads a particulièrement apprécié la spontanéité de mes photos qui rendent la modèle naturelle, avec les contraintes de l’argentique et son grain si particulier. La série reste exclusive à C-Heads,voici ci dessous, quelques photos hors-série.

 

F1030015_B

Louise et moi déjeunant au marché des Enfants Rouges.

F1030011_B

F1010026_B

F1010023_B

F1010020

F1010016_B

F1010018

F1000028_B

J’ai rencontré Vieran en shootant Louise, et il a retrouvé la photo sur mon blog et m’a contacté via facebook.
Du coup, je lui ai demandé de m’écrire une courte biographie de lui.
La voici, écrite par une de ces amies :

« Vieran est une figure mythique du haut marais, déjà à l’âge de quinze ans il résidait non loin du métro Oberkampf.
Sa mère l’emmenait régulièrement au marché du carreau du Temple où il pouvait négocier les blousons de cuir, les pantalons…
Vieran habite toujours dans le quartier, il est toujours resté dans le domaine de la création (photo, peinture, sculpture…).
Celui-ci exploite le premier support de l’imaginaire collectif pour en créer d’autres. (Vieran s’est naturellement tourné vers le livre afin d’en donné un autre usage culturel).
Et non sans une certaine ironie, certains libraires décorent leurs vitrines avec ces créatures décalées.
Par ailleurs, on l’a contacté pour une éventuelle vente aux enchères de ses oeuvres à Drouot.
Même la rue peut être le carrefour, le socle et le support de multiples rencontres.
Jim Morrison disait d’ailleurs  » Les rues sont des champs qui en meurent jamais » JDM »
F1000032

F1000026_B

F1000022_B

F1010027_B

Le tumblr de Louise – La série sur C-Heads.