Les furieux de la vie

 « […] parce que les seuls qui m’intéressent sont les fous furieux, les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais, qui sont incapables de dire des banalités, mais qui flambent, qui flambent, jalonnant la nuit comme des cierges d’église. »
Jack Kerouac  – Sur la Route

F1000034

F1000036

F1000035

Volcom Bastille days à l’esplanade du Port de l’Arsenal – Paris

F1000033

F1000032

F1000031

F1000030

Exposition  » Le Corbusier » – Centre Georges Pompidou  – Paris

F1000028_B

F1000026_B

F1000023

F1000022

F1000021

F1000020

F1000019_B

F1000018

F1000016

F1000015

F1000013

Japan expo

F1000012

F1000011

F1000010

F1000009

F1000008

F1000007

F1000006

F1000005

F1000004

F1000003

F1000001

Batman, sous le masque et la cape

J’ai eu beaucoup de chance de figurer parmi les 28 artistes qui ont été choisis pour participer à l’exposition « Batman, Sous le masque et la Cape »  avec Warner Bros à la Splendens Factory à Paris.
Plus de 160 heures de travail sur mon temps libre, mais énormément de satisfaction et de créativité durant tout le mois de mai où j’ai peint sans relâche. Je remercie chaleureusement tous ceux qui sont venus apprécier mon travail, mais également ceux qui m’ont permis de pouvoir réaliser ce projet original.

F1010016

F1010015

000002

000001

000004

000015

000016

000017

000018

000021

000020

Carole au Silencio pour l’After Party Ann Demeulemeester x Linda Farrow 

000022

000023

Concert de Temples place de la République

000024

André, ma mère et mon frère de visite à Paris à l’occasion de l’exposition « Batman – Sous le masque et la cape »

000025

Mon Batman à la Splendens Factory

000026

000027

000028

000029

Le Batman du White, réalisé sous la direction de mon amie Violaine

000030

000031

000032

000034

000035

000036

Portrait de famille

000037

000040

000041

000042

Thelma & Louise

Comme le Ground Control a fleuri au milieu des H&M parisiens, nous nous y sommes aventurés pour l’ouverture du Paris International Festival Of Psychedelic Music.

F1000003

F1000001

F1000004

F1000005

F1000006

F1000008

F1000010

F1000011

F1000012

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000019

F1000020

F1000022

F1000023

F1000024

F1000027

F1000028

F1000029

F1000032

F1000033

F1000034

F1000035

Les collectionneurs d’été

Les collectionneurs m’ont toujours fasciné.

Il y a quelques années dans le cadre d’une recherche, j’avais étudié en psychosociologie les diverses facettes des tueurs en série. Et figurez-vous : il existe un lien très étroit entre le collectionneur et le tueur en série : il s’agit du fait de vouloir s’approprier un objet ayant une charge émotionnelle forte, puis les accumuler. C’est Le fameux « trophée » du tueur en série. Chaque collectionneur se sent et/ou est inconsciemment imprégné par l’histoire d’un objet particulier. Le posséder : c’est vivre ou revivre par procuration un moment de plaisir. Les accumuler, c’est multiplier ces moments de plaisir – conscients ou inconscients. Le collectionneur est en théorie attiré par la valeur (objective ou subjective) de l’object : en le possédant, il s’approprie de fait l’univers de l’objet. Par exemple, un collectionneur d’armes, veut inconsciemment intégrer à sa personnalité les attributs inhérents à l’arme comme : le risque, la maitrise d’autrui et de la Vie, la pouvoir et – selon sa culture – les valeurs historiques de l’arme. Pour un collectionneur d’armes élevé dans société occidentale : c’est le titre de noblesse, la richesse, le contrôle et le respect que celui-ci recherchera inconsciemment en possédant ces objets.
C’est un sujet sur lequel je pourrais m’épancher durant des heures, et c’est d’ailleurs l’un de mes outils d’analyse préféré lorsque je cherche à connaitre la personnalité de quelqu’un.
Enfin, tout cela pour introduire cette pellicule un peu spéciale où j’ai en partie capturé les échantillons d’un collectionneur inconnu. Un obsédé du caillou.
Photos, affiches « maison », sculptures, mobilier autour de l’univers de la pierre, du rocher, du caillou.
Le petit plus, c’est que chaque caillou se doit de ressembler à un visage humain, voila. VOILA.
C’est ce que j’en ai déduit, car je n’ai pas eu la chance de connaitre ce collectionneur…
Le monde est bien surprenant.


F1000010

F1010029

F1010001

F1010002

F1010006

F1010007

F1010008

F1010009

F1010010

F1010011

F1010012

F1010013

F1010018

F1010019

F1010020

F1010021

F1010023

F1010024

F1010025

F1010026

F1010027

Everydayz

F1010028

F1010029

Caroline de Maigret et Agathe Mougin

F1010030

F1010031

F1010032

F1010033

F1010034_B

F1010035

F1010036

Juin au masculin

Qu’est l’homme?

....Éphémères !
Qu’est l’homme ? Que n’est pas l’homme ? L’homme est le rêve
D’une ombre…Mais quelquefois, comme
Un rayon descendu d’en haut, la lueur brève
D’une joie embellit sa vie, et il connaît
Quelque douceur…

Pindare
Hymne Pythique, 95-100


F1000003

F1000005

Préparation de la semaine de la mode masculine à Paris – j’ai eu la chance de passer un dimanche de castings à l’agence  Premium et y capturer quelques instants de vie…

F1000001

Pepijn Goud et Alexia Collinson (ma community Manager)

F1000008

F1000007

Paulo

F1000009

F1000010

Valters Medenis

F1000011

F1000012

F1000013

F1000014

F1000015_B

Cieran Lloyd

F1000016

Jordy Baan

F1000017

F1000022

F1000026

Probablement l’un de mes meilleurs concerts improvisés du mois de Juin : les Sisters of Your Sunshine Vapor – du bon rock psyché de Détroit comme je l’aime.

F1000027

F1000029

F1000030_B

Violaine, cette magnifique blonde sulfureuse, gère le studio photo Silver Clash à la Splendens Factory mais elle a plusieurs cordes à son arc : elle est également la créatrice du White, un nouveau concept store basé sur la vente et l’exposition d’oeuvres d’art et d’objets design uniquement blancs.

F1000032

F1000035

F1000036_BFélix Cordier

Juin – Les jumeaux astraux

C’est 5 Juin 2015, il reste 209 jours avant la fin de l’année, et c’est aussi la date à laquelle sont nés mes trois jumeaux astraux préférés : Octave, Max et Noémie.
C’est aussi séparation officielle de la Serbie-et-Monténégro en deux pays distincts en 2006 et l’inauguration du musée Grévin à Paris en 1882… Mais on pourra en parler autour d’un café la prochaine fois…

F1010007

F1010008

F1010009

F1010010

F1010012

F1010013

F1010014

F1010015

F1010016_B

F1010017_B

F1010018

F1010019

F1010020

F1010021

F1010022

F1010023

F1010024

F1010025

F1010026

F1010027

F1010028

 

Mai, Cinq heures du soir

Au Cabaret-Vert, cinq heures du soir

Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines
Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi.
– Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
Du beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table
Verte : je contemplai les sujets très naïfs
De la tapisserie. – Et ce fut adorable,
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

– Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! –
Rieuse, m’apporta des tartines de beurre,
Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d’une gousse
D’ail, – et m’emplit la chope immense, avec sa mousse
Que dorait un rayon de soleil arriéré.

Arthur Rimbaud

F1000001

F1000003

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000011

F1000013

F1000014

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025 F1000027

F1000028

F1000029

F1000030

F1000031

F1000032

F1000033  F1000035

Pellicule Mai II : Perpétuelle distraction

La vie est une perpétuelle distraction qui ne vous laisse même pas prendre conscience de ce dont elle distrait.
Franz Kafka Préparatifs de noce à la campagne

Après le Château (que j’ai lu après mon voyage à Prague) j’ai eu le loisir de combler mes trajets de métro avec Kafka, dont le dernier livre achevé sur la ligne 11 fut la Métamorphose.
Abandon, solitude, perte d’identité puis – d’innocence, souffrance et sacrifice… Petit livre, mais cruellement chargé en émotions. Alors pourquoi pas associer cette fin de mai à Kafka.

Pourquoi ? « Comme ça, Comme ça » – comme dirait un chanteur de zouk.

F1000005

Oliver Peel Sessions – Concert de The Rodeo et Globelamp dans un appartement à Bagnolet.

F1000006

Mon cadeau pour mes 10 000 jours : la montre à mouvement automatique de mes rêves.

F1000007

F1000009

F1000008

F1000011

F1000012

F1000016

F1000017

Répétition du groupe de Max, The Pirates of Neptune de retour en concert au Splendid en Juin !

F1000019

Déjeuner avec l’équipe assez « féminine » de Premium Events

F1000020

F1000021

F1000013_B

F1000022

F1000023

Ouverture du Pavillon du Dr. Pierre, une ancienne usine de dentifrices à Nanterre reconvertie en lieu d’expression artistiques géré par le collectif SOUKMACHINES.

F1000025

F1000026

F1000028

F1000027

F1000029

F1000030

F1000031

F1000032

Exposition « Icônes Americaines » au Grand-Palais

F1000036

F1000033

F1000034

F1000035

Mai, Décide la destinée

« Le mois de mai, de l’année,  Décide la destinée. »

Un terme régit ma vie c’est la résilience, mon fil d’aplomb.
C’est un mot magnifique, une formule magique ! J’aime particulièrement son étymologie qui vient du latin resilio – ire, et qui littéralement signifie « sauter en arrière ». Tous les jours de ma vie, ces plus de 10000 jours sur terre, j’ai sauté en arrière. A chaque échec, à chaque mauvaise rencontre, à chaque impasse : J’ai sauté en arrière. C’est un vrai cadeau, un don de la vie, ou plutôt : un don de ma mère. C’est en observant ma mère, pendant mon enfance, sa capacité de rebondir qui a fait de moi qui je suis maintenant. J’admire son courage incroyable et pour toujours.

La résilience, c’est donc cette capacité de rebondir indescriptible, une force positive d’une violence rare. De fait, je n’ai pas peur de l’avenir, je n’ai pas peur de tomber, je n’ai pas peur de faillir.

Parce que je sais que je possède malgré moi, cette force que je ne maitrise pas et qui survient au moment le plus dur et ce, comme par enchantement. Peut-être qu’en me lisant, certains se diront : « oh mais quelle prétention » ! Non, non, non. Je décris cette résilience car j’admets cette force. En la connaissant je peux prendre des risques. Et comme disait Robert Fitzgerald Kennedy : « Seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussiront brillamment. »
Je suis donc prête à continuer d’échouer brillamment et d’apprendre de mes erreurs. Je sais que la majorité de ceux qui me croisent me trouvent effrontée, insolente, maladroite et parfois impudique. Mais ce sont ces défauts et cette naïveté assumée avec lesquelles j’accepte d’avancer et ne pas reproduire les mêmes erreurs. En mai, j’accepte ma destinée.

F1000034

F1000035

F1000036

F1000001

F1000002

F1000003

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

F1000013

F1000030

L’exposition Jean-Paul Gaultier au Grand Palais vaut vraiment le détour, je recommande à tous ceux qui ont la patience de faire la queue…

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000027

F1000028 `

F1000029

F1000031

Exposition de Jean André – Red Bull Space – 75002 Paris

F1000032

F1000033

Jean devant son oeuvre