Réveil absolu

Le plat précédent était tiède, j’ai renvoyé l’assiette en cuisine et j’ai quitté le restaurant.
Je traverse la rue, c’est la nuit, la saison est encore tiède mais je ressens le froid sur mes extrémités, j’ouvre les yeux et après cet article je me réveille. Dans une lumière nouvelle.

F1000003

F1000004

F1000007

F1000008

F1000010

F1000011

F1000012

F1000013

F1000014

F1000015

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000023

F1000025

F1000026

F1000027

F1000029 F1000002

F1000003

F1000004

F1000006

F1000007

F1000012

F1000015

F1000016

F1000017

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000026

F1000029

F1000030

F1000032

F1000033

F1000034

F1000031

 

Latence et photographies jetables

J’ai traversé cette période comme on vogue sur un océan de dégout. Et c’était tiède.
Quoi de pire que quelque-chose de tiède ?
Ces deux derniers mois ont été ceux de la latence : après la pellicule à la montagne, le moteur de mon appareil argentique s’est définitivement arrêté et tout ce qui en suit est jetable – tout comme les appareils photos utilisés. Je ne retiens rien, à part un vide, un dégueulis sans saveur – tiède encore.

J’ai donné de l’amour autour de moi, j’ai aussi entendu des « je t’aime », j’ai pensé à la résilience et j’ai cru en l’humanité. J’y croirai encore et toujours, mais j’ai décidé de mettre cette période sous-vide.
Les éléments qui la composent seront étudiés, étalés puis effacés.
Je veux simplement comprendre pourquoi l’univers a décidé de me faire traverser une période tiède, ça ne m’est pas arrivé depuis des années, peut-être jamais.
Je vis d’habitude sur une sinusoïde qui me propulse d’une période euphorique vers une période ingrate et lourde. J’ai l’habitude, je sais le gérer.
Je serre les dents à rude épreuve puis je vis intensément aux périodes d’allégresse.
Mais la tiédeur, c’est sans saveur, sans parfum : c’est synonyme de mépris. Le mépris de la vie.

Alors j’ai décidé d’accepter ce mépris comme j’ai appris à l’accepter dans le milieu professionnel.
J’accepte le regard froid de la vie comme j’accepte celui de mes collègues : tout est une leçon et je veux apprendre – j’ai foi en l’humain, j’ai foi en la bonté. J’accepte cette tiédeur et ce mépris comme un cadeau.
Et je sais que je vais en rire. Je vais rire car c’est fade, non douloureux et je n’en souffre pas.
C’est juste désagréable, j’attends que ça passe. Mais j’ai décidé d’en garder un souvenir brut – mais non brutal. Brutes, comme les photos d’un appareil jetable.
Jetable comme un jeu sur table : on débarrasse les cartes et on passe à autre chose.

F1000005

F1000006

F1000008

F1000010

F1000014

F1000015

F1000016

F1000018

F1000019

F1000020

F1000021

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000026

F1000028

F1000029

F1000030

F1000032

F1000033

F1000035
F1000003

F1000023

F1000022

F1000020

F1000026

F1000036

F1000037

F1000031

F1000001

F1000004

F1000005

F1000008

F1000009
F1000010

F1000011

F1000012

F1000014

F1010001

F1000015

F1010005

F1010004
F1010007

F1010008

F1010010

F1010011

F1010022

F1010013

F1010012

F1010024

Pellicule Août 2015 – N&B

De retour à Paris, je profite de cette nouvelle pellicule déroulée à la montagne pour citer une fable de La Fontaine qui n’a pas pris une ride… D’ailleurs, elle n’a jamais autant été d’actualité !
A l’ère de la surenchère sur les réseaux sociaux (à laquelle je contribue aussi puisque c’est mon métier) et fréquentant les mondanités de la mode et l’art, parfois, face à mes interlocuteurs :
j’ai juste envie de l’écrire sur mon front.


La Montagne qui accouche

Une Montagne en mal d’enfant
Jetait une clameur si haute,
Que chacun au bruit accourant
Crut qu’elle accoucherait, sans faute,
D’une Cité plus grosse que Paris :
Elle accoucha d’une Souris.

Quand je songe à cette Fable
Dont le récit est menteur
Et le sens est véritable,
Je me figure un Auteur
Qui dit : Je chanterai la guerre
Que firent les Titans au Maître du tonnerre.
C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ?
Du vent.

Jean de LA FONTAINE (1621 – 1695)

F1000002

F1000004

F1000005

F1000006

F1000007

F1000008

F1000009

F1000010

F1000011

F1000012

Anniversaire de Thibault, le compagnon de mon amie russe Maria

F1000013

F1000015

F1000016

F1000019

F1000020

F1000021

Retour dans ma maison de coeur aux Deux-Alpes, avec mon meilleur ami Nicolas.

F1000022

F1000023

F1000024

F1000025

F1000026

F1000027

F1000028

F1000029

F1000032

F1000033

 


F1000034

F1000035

F1000036